Autres services

Conférences

EN VOUS INSCRIVANT À UNE DE NOS conférences, VOUS CONTRIBUEZ À LA MISSION DU CENTRE ST-PIERRE!

 

CONSULTEZ NOTRE PROGRAMMATION ET DÉCOUVREZ LES conférences QUE NOUS VOUS PROPOSONS EN 2019.

PROGRAMMATION 2018 - 2019         

Les conférences, au coût de 25 $, sont payables à l'avance au moment de l'inscription. Pour les étudiants et pour les personnes âgées de 60 ans et plus, le coût est de 20 $ (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence). Pour les conférences à contribution volontaire, l'inscription est aussi requise.

Ces frais sont non remboursables sauf en cas d'annulation par le Centre. 


Vous pouvez vous inscrire:

  • en ligne, en cliquant sur le titre de la conférence à laquelle vous souhaitez participer, en vous inscrivant et en payant par carte de crédit Visa ou Mastercard.
  • par téléphone, au 514-524-3561, poste 401, du lundi au vendredi entre 9 h et 16 h en payant par carte de crédit Visa ou Mastercard
  • par la poste, en imprimant et en remplissant  notre formulaire  et en joignant un chèque payable à l'ordre du Centre St-Pierre
  • en personne, en remplissant le formulaire disponible à la réception du Centre St-Pierre, incluant un paiement en argent, par chèque, par carte de crédit Visa ou Mastercard ou par carte de débit.

Nos conférences

  1. Choisir la joie avec Yves Perreault

     

    Qu’est-ce que la véritable joie? Atteints nous-mêmes par l’épreuve ou affectés par le malheur des autres, comment est-ce possible de rester joyeux, sans honte ni culpabilité? Comment entretenir cette joie et la faire grandir?


    Mercredi 8 mai 2019, de 13 h 30 à 16 h

    Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
    20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

    Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

     

    Qu’est-ce que la véritable joie? Atteints nous-mêmes par l’épreuve ou affectés par le malheur des autres, comment est-ce possible de rester joyeux, sans honte ni culpabilité? Comment entretenir cette joie et la faire grandir?

    Yves Perreault compte plusieurs années d’expérience dans l’éducation de la foi et la formation pastorale. Il est maître en théologie et en andragogie. Prêtre du diocèse de Sherbrooke, il est l’auteur du livre Sagesse des saisons.


    Mercredi 8 mai 2019, de 13 h 30 à 16 h

    Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
    20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

    Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

    Yves Perreault
  2. Pourquoi la société devient paradoxante : quelles conséquences pour les personnes, les institutions, la politique ? avec Vincent de Gaulejac

     

    « C’est paradoxal »

    Depuis quelques années, cette expression s’est banalisée. Dans le langage courant, le terme renvoie à une contradiction indépassable. 

    Le paradoxe se répand dans tous les registres de la vie sociale. Si le phénomène a d’abord été observé dans la famille, on le voit apparaître dans d’autres domaines comme le travail, la politique, l’économie, l’éducation, la santé.

    Face à ce constat, que faire ? Faut-il s’adapter, fuir, résister ? Entre réactions défensives et mécanismes de dégagement, entre soumission et émancipation, entre l’action individuelle et l’engagement politique, quelles sont les réponses possibles ?

    Mercredi 8 mai 2019, à 19 h

    Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
    20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

    Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

     

    « C’est paradoxal »

    Depuis quelques années, cette expression s’est banalisée. Dans le langage courant, le terme renvoie à une contradiction indépassable. Les psychologues parlent d’injonction paradoxale lorsqu’on est soumis à deux exigences parfaitement incompatibles auxquelles il est impératif de répondre. Chacun peut donner des exemples quotidiens de confrontations à la nécessité et l’impossibilité de répondre à des exigences parfaitement incompatibles. Quelques formules témoignent de cette inflation paradoxale : « Je suis libre de travailler 24 h sur 24 », « vous devez faire plus avec moins », « ici, il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions ». Ces expressions révèlent un phénomène social étrange.

    Le paradoxe se répand dans tous les registres de la vie sociale. Si le phénomène a d’abord été observé dans la famille, on le voit apparaître dans d’autres domaines comme le travail, la politique, l’économie, l’éducation, la santé.

    Face à ce constat, que faire ? Faut-il s’adapter, fuir, résister ? Entre réactions défensives et mécanismes de dégagement, entre soumission et émancipation, entre l’action individuelle et l’engagement politique, quelles sont les réponses possibles ?

    Professeur émérite à l’université Paris-Diderot, Vincent de Gaulejac est président du Réseau international de sociologie clinique (RISC) et auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont « La Lutte des places », Les sources de la honte, La Société malade de la gestion, « Travail, les raisons de la colère » et « Le capitalisme paradoxant, un système qui rend fou » (avec Fabienne Hanique).


    Mercredi 8 mai 2019, à 19 h

    Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
    20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

    Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

     

    Vincent de Gaulejac
  3. Toujours vivante avec Françoise Ruperthouse

     

    Femme autochtone de la ville d’Amos en Abitibi, originaire de la communauté algonquine de Pikogan, Françoise Ruperthouse a 56 ans, « bientôt 57 », comme elle le dit. Elle vient témoigner d’une vie difficile, d’une enfance très turbulente et très souffrante. Tous les abus vécus l’ont amenée à consulter à plus d’une reprise en psychothérapie. Elle avoue humblement s’être servie de ce passé pour mieux vivre aujourd’hui et aider les gens, « mais surtout les femmes ». Mère de 4 enfants à qui elle a donné sa vie, après avoir traversé bien des épreuves, vécu plusieurs thérapies et poursuivi des études en travail social, Françoise Ruperthouse est toujours debout et bien vivante. Venez entendre cette femme courageuse qui continue, encore et encore ...

     

    Mercredi 15 mai 2019, à 19 h

    Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
    20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

    Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

     


    Femme autochtone de la ville d’Amos en Abitibi, originaire de la communauté algonquine de Pikogan, Françoise Ruperthouse a 56 ans, « bientôt 57 », comme elle le dit. Elle vient témoigner d’une vie difficile, d’une enfance très turbulente et très souffrante. Tous les abus vécus l’ont amenée à consulter à plus d’une reprise en psychothérapie. Elle avoue humblement s’être servie de ce passé pour mieux vivre aujourd’hui et aider les gens, « mais surtout les femmes ». Mère de 4 enfants à qui elle a donné sa vie, après avoir traversé bien des épreuves, vécu plusieurs thérapies et poursuivi des études en travail social, Françoise Ruperthouse est toujours debout et bien vivante. Venez entendre cette femme courageuse qui continue, encore et encore ...

     

    Mercredi 15 mai 2019, à 19 h

    Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
    20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

     

    Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

     

     

    Françoise Ruperthouse
  4. La solidarité internationale au Québec: Quels défis pour la prochaine décennie? avec Louis Favreau et Lucie Fréchette


    Depuis 50 ans, la solidarité internationale au Québec a eu une importante contribution sociale au développement de communautés du Sud. Mais elle est à un tournant : ces communautés sont plus que jamais laissées à elles-mêmes et le financement public des gouvernements de plus en plus maigre et conditionnel. Le doute s’est installé : il n’est plus certain que notre aide internationale leur soit vraiment utile.

    Par-delà l’aide humanitaire, quelles réponses peut-on donner au défi écologique? Les communautés du Sud peuvent-elles demeurer encore longtemps coupées d’assises économiques de proximité?


    Trois invités, Michèle Asselin 
    de l’AQOCI, Gérald Larose, de la Caisse d’économie solidaire Desjardins et André Beaudoin de l’UPA DI , seront  sur place pour commenter les choix politiques de cet ouvrage. 


    La conférence sera suivie d’un échange et du lancement du livre.

    Cette conférence est organisée conjointement par le Centre St-Pierre, le Centre de formation populaire et le Fonds Solidarité Sud.


    Mercredi 15 mai 2019, de 13 h 30 à 16 h 30


    Entrée libre | Inscription requise


     

    Depuis 50 ans, la solidarité internationale au Québec a eu une importante contribution sociale au développement de communautés du Sud. Mais elle est à un tournant : ces communautés sont plus que jamais laissées à elles-mêmes et le financement public des gouvernements de plus en plus maigre et conditionnel. Le doute s’est installé : il n’est plus certain que notre aide internationale leur soit vraiment utile.


    Quel avenir pour la coopération Nord-Sud et les organisations qui soutiennent des initiatives citoyennes au Sud – OCI, coopératives, syndicats, groupes de femmes, organisations communautaires – dans un tel contexte appelé à durer? Par-delà l’aide humanitaire, quelles réponses au défi écologique? Les communautés du Sud peuvent-elles demeurer encore longtemps coupées d’assises économiques de proximité? Et puis quelle stratégie de moyen terme au plan économique et financier?

     

    Louis Favreau et Lucie Fréchette de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) présenteront les lignes de force de leur livre Solidarité internationale. Écologie, économie et finance solidaire et les pistes d’intervention qui en découlent. Après plus 30 ans de recherche au service du développement d’initiatives socioéconomiques communautaires au Québec, en Afrique de l’Ouest et en Amérique latine et 10 ans d’engagement au sein du Fonds Solidarité Sud, les deux auteurs ouvrent vers de nouveaux choix politiques. Notre coopération sera-t-elle encore et surtout celle de pompiers de service ou plutôt celle d’architectes du développement ? 

    Trois invités, Michèle Asselin de l’AQOCI, Gérald Larose, de la Caisse d’économie solidaire Desjardins et André Beaudoin de l’UPA DI, seront  sur place pour commenter les choix politiques de cet ouvrage. 


    La conférence sera suivie d’un échange et du lancement du livre.

    Cette conférence est organisée conjointement par le Centre St-Pierre, le Centre de formation populaire et le Fonds Solidarité Sud.


    Mercredi 15 mai 2019, de 13 h 30 à 16 h 30


    Entrée libre | Inscription requise