Autres services

Conférence détaillée

Pourquoi la société devient paradoxante : quelles conséquences pour les personnes, les institutions, la politique ? avec Vincent de Gaulejac

 

« C’est paradoxal »

Depuis quelques années, cette expression s’est banalisée. Dans le langage courant, le terme renvoie à une contradiction indépassable. 

Le paradoxe se répand dans tous les registres de la vie sociale. Si le phénomène a d’abord été observé dans la famille, on le voit apparaître dans d’autres domaines comme le travail, la politique, l’économie, l’éducation, la santé.

Face à ce constat, que faire ? Faut-il s’adapter, fuir, résister ? Entre réactions défensives et mécanismes de dégagement, entre soumission et émancipation, entre l’action individuelle et l’engagement politique, quelles sont les réponses possibles ?

Mercredi 8 mai 2019, à 19 h

Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

 

« C’est paradoxal »

Depuis quelques années, cette expression s’est banalisée. Dans le langage courant, le terme renvoie à une contradiction indépassable. Les psychologues parlent d’injonction paradoxale lorsqu’on est soumis à deux exigences parfaitement incompatibles auxquelles il est impératif de répondre. Chacun peut donner des exemples quotidiens de confrontations à la nécessité et l’impossibilité de répondre à des exigences parfaitement incompatibles. Quelques formules témoignent de cette inflation paradoxale : « Je suis libre de travailler 24 h sur 24 », « vous devez faire plus avec moins », « ici, il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions ». Ces expressions révèlent un phénomène social étrange.

Le paradoxe se répand dans tous les registres de la vie sociale. Si le phénomène a d’abord été observé dans la famille, on le voit apparaître dans d’autres domaines comme le travail, la politique, l’économie, l’éducation, la santé.

Face à ce constat, que faire ? Faut-il s’adapter, fuir, résister ? Entre réactions défensives et mécanismes de dégagement, entre soumission et émancipation, entre l’action individuelle et l’engagement politique, quelles sont les réponses possibles ?

Professeur émérite à l’université Paris-Diderot, Vincent de Gaulejac est président du Réseau international de sociologie clinique (RISC) et auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont « La Lutte des places », Les sources de la honte, La Société malade de la gestion, « Travail, les raisons de la colère » et « Le capitalisme paradoxant, un système qui rend fou » (avec Fabienne Hanique).


Mercredi 8 mai 2019, à 19 h

Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

 

Vincent de Gaulejac