Autres services

Conférence détaillée

Entre mal être et bien être : les enjeux du travail aujourd’hui avec Vincent de Gaulejac

 

Pour quelles raisons le mal-être au travail est-il si profond alors que les conditions de travail se sont plutôt améliorées ?

 

Depuis un siècle, les conditions objectives de travail sont plus confortables alors que les conditions subjectives semblent se dégrader. Le stress est devenu un phénomène social dont les effets sont d’abord vécus au niveau personnel. Il apparaît dans toutes les organisations qui ont mis en œuvre la double révolution numérique et managériale. Il nous faut mieux comprendre pourquoi et comment ces organisations génèrent en permanence des contradictions qu’elles n’arrivent pas à résoudre.

 

Face au mal être au travail, de multiples « solutions » ont été proposées. Pourquoi semblent-elles impuissantes à alléger les tensions vécues par les salariés et par le management ?  Que faudrait-il faire pour apporter des réponses plus satisfaisantes ? Quelles modalités d’action, individuelles et collectives sont possibles face à ce symptôme d’un mal-être profond et persistant ?

 

Mercredi 27 mai 2020, à 19 h

Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

 

 

Pour quelles raisons le mal-être au travail est-il si profond alors que les conditions de travail se sont plutôt améliorées ?

 

Depuis un siècle, le temps de travail s'est considérablement réduit, la pénibilité physique également, la protection des salariés s'est améliorée dans bien des secteurs. Les conditions objectives de travail sont plus confortables alors que les conditions subjectives semblent se dégrader. Le stress est devenu un phénomène social dont les effets sont d’abord vécus au niveau personnel. Il apparaît dans toutes les organisations qui ont mis en œuvre la double révolution numérique et managériale. Il nous faut mieux comprendre pourquoi et comment ces organisations génèrent en permanence des contradictions qu’elles n’arrivent pas à résoudre.

 

Face au mal être au travail, de multiples « solutions » ont été proposées. Pourquoi semblent-elles impuissantes à alléger les tensions vécues par les salariés et par le management ?  Que faudrait-il faire pour apporter des réponses plus satisfaisantes ? Quelles modalités d’action, individuelles et collectives sont possibles face à ce symptôme d’un mal-être profond et persistant ?

 

Vincent de Gaulejac est Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, président du réseau international de sociologie clinique, Docteur honoris causa des Universités de Mons (Belgique) et Rosario (Argentine) et auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont « La névrose de classe », « L’histoire en héritage », « Les sources de la honte », « La part de social en nous » (ouvrage collectif).

 

Mercredi 27 mai 2020, à 19 h

Coût: 25 $, payables à l'avance | Inscription requise
20 $, payables à l'avance et inscription requise, pour les étudiants et pour les personnes de 60 ans et plus (preuve à l'appui, sur place, le soir de la conférence).

Ces frais sont non remboursables, sauf en cas d'annulation par le Centre.

Vincent de Gaulejac